Association Unis Pour la France

Lydia Guirous: « Se battre contre le voile, c’est également se battre pour la République »

26 Mars 2017, 12:27pm

Publié par LA REDACTION

Une femme voilée. Image d'illustration.

Une femme voilée. Image d'illustration.

La lutte contre le voile doit rester au coeur du débat public.

Le voile est devenu l’étendard de l’islam politique qui gangrène progressivement la France. Son port ne relève pas de la liberté des femmes de confession musulmane mais de l’instrumentalisation de celles-ci par les salafistes et les Frères musulmans. Celles qui le portent de manière ostentatoire, notamment avec le jilbab, sont les marionnettes utiles d’une idéologie dont le but est la transformation culturelle des démocraties occidentales. Nourries au sein d’un sentiment de revanche postcoloniale, celles-ci défient effrontément notre regard pour trouver une place et une forme d’autonomie au sein d’une “communauté” patriarcale à la misogynie bien ancrée dans les mentalités, parfois même encouragée. Elles pensent être libres et, finalement, ne font qu’entretenir leur soumission.

L’islam politique utilise les femmes comme un cheval de Troie car il sait qu’il est très difficile dans notre société bien-pensante de mettre en cause une femme, et encore plus une petite fille. Il joue sur notre naïveté, alimentée par la pensée unique qui ravage notre pays depuis la fin des années soixante. Interdire le voile aux filles les priverait de l’accès à l’instruction… C’est l’argument qu’il avançait déjà en 1989 lors de l’affaire des foulards islamiques de Creil et pourtant elles sont allées à l’école ! Leur interdire le voile les priverait de l’accès aux soins, de l’accès au marché du travail… Pendant combien de temps allons-nous accepter ce chantage et cette culpabilisation permanente de minorités qui ne nous respectent pas ?

Se battre contre le voile, c’est également se battre pour la République, qui n’est pas, rappelons-le, l’addition de communautés. L’ambition française, c’est de vivre les uns avec les autres et non pas les uns contre les autres. La République n’est pas un compromis, c’est un principe, un chemin qui ne tolère aucun accommodement. C’est la raison pour laquelle nous ne pouvons pas cautionner le prosélytisme religieux en son sein, ni toute forme de communautarisme. Si l’idéal républicain venait un jour à disparaître, il y a gros à parier que ce serait à cause de nos lâchetés autour de la question du voile.

Article complet de Lydia Guirous sur valeursactuelles.com

 

Commenter cet article