" />
Association Unis Pour la France (UPF)

Pitié-Salpêtrière, commissariat de Besançon, les gilets jaunes accusés à tort

3 Mai 2019 , Rédigé par U.P.F Publié dans #Actualité, #Communiqué

Pitié-Salpêtrière, commissariat de Besançon, les gilets jaunes accusés à tort

Non, l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière n'a pas été "attaqué". Non, une vague de gilets jaunes n’a pas déferlé sur le commissariat de Besançon. Quand le gouvernement et les médias nationaux accusent à tort les gilets jaunes.

La polémique autour de l’intrusion au sein de l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière lors des manifestations du 1er mai prend de l’ampleur. Alors que Christophe Castaner évoquait une « attaque » contre l’établissement, une vidéo filmée par le personnel médical semble mettre à mal cette théorie.

 

Pourtant, peu avant cette annonce, le ministre de l’Intérieur avait maintenu sa version sur franceinfo : « Les faits sont là : l’enceinte d’un hôpital a été forcée, des individus ont tenté de s’introduire dans un service de réanimation », a persisté le ministre.

Une version démentie par les témoignages et les vidéos que «CheckNews» s’est procurés : des manifestants, cherchant à échapper aux gaz lacrymogènes, ont pénétré dans l’enceinte du complexe hospitalier.

Une vidéo publiée sur Twitter par le journaliste David Dufresne permet de voir les manifestants monter les escaliers de la passerelle pour fuir l’intervention des policiers. On voit très clairement les forces de l’ordre prendre en tenaille les manifestants.

 

Accusés – à tort – par le ministre de l'Intérieur d'avoir «attaqué» l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris en marge des manifestations du 1er mai, les Gilets jaunes ont également fait les gros titres de la presse nationale pour leur action à Besançon.

De France Info - premier à dégainer sur le sujet - à BFM, en passant par RTL, le Figaro et d’autres, « l’information » a fait le tour des médias nationaux, ce mercredi. Environ 200 gilets jaunes tentent de s’introduire dans le commissariat de Besançon, lit-on et entend-on partout.

Mais là encore, la réalité des faits est très éloignée de l'image donnée. Si entre 200 et 300 Gilets jaunes étaient bien présents près du commissariat, L'Est Républicain, qui cite la préfecture, explique que l'immense majorité n'a pas tenté de s'introduire dans le commissariat, et a été repoussée par des gaz lacrymogènes. Selon la préfecture, «une dizaine d’individus» a effectivement tenté ce qu'elle définit comme une «intrusion», en pénétrant de quelques mètres sur le parking du commissariat, qui n'est pas fermé par une barrière.

Si l'UPF déplore et condamne les violences inadmissibles en marge des manifestations des gilets jaunes, l'association dénonce également toute forme de désinformation et de manipulation médiatique visant à discréditer un mouvement social quel qu'il soit. 

L'UPF

Sources: 

liberation

francais.rt

estrepublicain

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article