" />
Association Unis Pour la France (UPF)

ALERTE ATTENTATS

5 Août 2017 , Rédigé par Frances

ALERTE ATTENTATS

Attentats : le grand loupé du système national d'alerte
Selon un rapport du Sénat, révélé par "Le Monde", l'application Alerte attentat a manqué sa cible, amenant les pouvoirs publics à privilégier un système obsolète. PAR 6MEDIAS
Le constat du Sénat est sans appel. Dans un rapport d'information qui sera publié officiellement le 7 août, mais que le journal Le Monde a pu consulter, le sénateur de la Sarthe Jean-Pierre Vogel (LR), expert en sécurité civile, affirme que le système national d'alerte de la population en cas d'événement grave (SAIP) est « obsolète », « défaillant » et « contestable ». Le rapport fait état des nombreux retards de la France dans le domaine de la sécurité civile, et ce, alors que le pays est en état d'urgence depuis novembre 2015 au vu de la menace terroriste élevée.
Ce système, appelé SAIP, comprend notamment l'application mobile Alerte attentat qui avait été lancée à l'occasion de l'Euro de football 2016, et le réseau de sirènes présentes sur tout le territoire. Problème, indique le rapport d'information du Sénat : un an après le lancement de l'application mobile d'alerte attentat, l'efficacité est loin d'être au rendez-vous. Pire, son développement est un non-sens stratégique lorsque l'on considère les enjeux du secteur. « Il sera trop tard pour s'en préoccuper quand il y aura un nouvel attentat », avertit Jean-Pierre Vogel.
Une application mal pensée
L'application en question avait été développée en cinq mois, dans l'urgence après les attentats de Paris de novembre 2015, lorsque Bernard Cazeneuve dirigeait la Place Beauvau, et Manuel Valls Matignon. Or, depuis son lancement, seules 900 000 personnes l'ont téléchargée, indique le Sénat. Un chiffre insuffisant, car il faudrait un minimum de 5 millions d'utilisateurs pour qu'une zone de danger précise puisse être alertée correctement. Et les défaillances techniques ne manquent pas non plus. L'application n'a été activée que deux fois, montrant ses limites. Le 14 juillet 2016, soir de l'attentat de Nice, le message d'alerte a été envoyé plus de deux heures après les faits, en raison d'incidents informatiques.
Pire, elle a également été déclenchée lors d'une prise d'otages présumée aux alentours des Halles à Paris. Las ! Il s'agissait d'un canular téléphonique. Depuis, la préfecture de police de Paris a souhaité privilégier l'information à la population au moyen de son compte Twitter. Ce qu'elle a fait lors des attentats des Champs-Élysées en avril et du Louvre en février.
Jean-Pierre Vogel déplore dans le rapport que cette application mobile peu adéquate ait au final été développée au détriment d'un autre système d'alerte qui a fait ses preuves aux États-Unis, aux Pays-Bas et au Japon notamment : le « Cell broadcast », soit l'envoi d'un SMS d'alerte sur les téléphones mobiles. Cette technique permet au final d'alerter une large partie de la population, car il n'implique aucun téléchargement. Paris avait envisagé son adoption en 2011, un an après l'attribution de l'organisation de l'Euro 2016.
Un réseau datant de 1945
Si le « Cell broadcast » a été délaissé au profit d'une application, c'est en raison de son coût. Entre un problème de compatibilité avec le réseau 4G et la nécessité pour les opérateurs mobiles d'adapter leurs équipements, la mise en place du dispositif aurait engendré des dizaines de millions d'euros de coûts que le ministère de l'Intérieur ne pouvait supporter. SAIP, elle, n'a coûté que 300 000 euros. Mais avec les résultats que l'on connaît.
Conséquence, la France essaie de moderniser et améliorer son Réseau national d'alerte (RNA), soit un vieux parc de sirènes mis en place après la Seconde Guerre mondiale. Les travaux de rénovation de ce système, que le rapport sénatorial qualifie d' « obsolète », doivent se poursuivre jusqu'en 2022, alors qu'il n'a jamais été utilisé depuis son installation. Le parc en question comprend 2 800 sirènes, et son amélioration pour le relier à d'autres systèmes d'alerte, locaux notamment, pour atteindre les 5 800 sirènes dans tout le pays, consomme la plupart des crédits alloués au SAIP (81,5 millions d'euros). Jean-Pierre Vogel le déplore d'autant plus qu'en cas de déclenchement d'une sirène, dit-il, « la plupart des Français n'ont aucune idée » de ce qu'il faut faire.
Le ministère de l'Intérieur a réagi au rapport d'information du Sénat en affirmant qu'une évaluation de l'application d'alerte attentat était prévue. Et précise que des pistes afin d' « identifier les voies de diffusion de l'alerte et de l'information les plus efficaces » sont à l'étude.
Publié le 05/08/17 à 10h56 | Source lepoint.fr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article