" />
Association Unis Pour la France (UPF)

RIP DEAL

12 Janvier 2018 , Rédigé par Frances

RIP DEAL

CELA PEUT VOUS ARRIVER

J'AI FAILLI ÊTRE VICTIME d'un rip deal.

Plusieurs tentatives d’escrocs en col blanc qui exploitent les annonces, notamment, d’un grand hebdomadaire ; pour ne pas le citer.
Le rip deal ? Quezaco ?

Rip deal
Le rip deal (Transaction pourrie ou escroquerie à la transaction) est une escroquerie qui tend à se répandre en Europe : il s'agit d'une escroquerie basée sur l'abus de confiance.

Les escrocs visent souvent un particulier souhaitant vendre un bien immobilier : il s'agit alors d'une arnaque immobilière. Ils peuvent aussi s'en prendre à un bijoutier ou tout autre personne en proposant d'acheter une quantité substantielle de marchandises ou de placer un capital, voire de procéder à un prêt.

L'acheteur met en confiance sa victime : il présente bien, semble sérieux et fait croire qu'il est intéressé par l'achat. En général, les rendez-vous se font dans des hôtels luxueux. Rapidement il propose de régler une partie au noir, prétextant qu'il souhaite ainsi échapper au fisc. Puis l'escroc suggère de procéder à un échange, contre des euros, de cet argent réglé en devises étrangères (souvent des francs suisses), là aussi pour défiscaliser. Il propose généralement de payer plus pour dédommager le vendeur qui pourra bénéficier d'un taux de change avantageux.

Le jour de l'échange, soit l'argent de la victime est subtilisé de force, soit il est échangé contre une mallette pleine de fausses coupures : ils évitent les faux billets, qui pourraient les conduire en prison à perpétuité.

Ce qui doit faire douter :

aucune négociation du prix de vente ;
visite rapide du bien voire absence de visite ;
proposition de paiement au noir ;
règlement en devise étrangère.
Les arnaques de type rip deal pourraient être plus nombreuses que ne le disent les statistiques officielles. Certaines victimes hésiteraient à porter plainte afin de ne pas avoir à se justifier auprès du fisc, sur l'origine des sommes en liquide quelles viennent de perdre.

Variante :

Les malfaiteurs se mettent en contact avec des propriétaires de biens immobiliers mis en vente par le biais d’annonces, et leur donnent rendez-vous. Ils proposent alors d’échanger des billets de grosses coupures en plus petites, et ce, dans le cadre de ventes immobilières. En échange de cette transaction, les malfrats promettent une commission substantielle.

Au moment de l’échange, les auteurs montrent un certain nombre de billets, mais seuls certains d’entre eux sont vrais. Ce n’est qu’après le départ des escrocs que les victimes constatent la supercherie. Les premiers et derniers billets des liasses sont vrais, et le reste est faux.

Ou encore, des auteurs contactent et rencontrent des personnes en proposant un échange d’argent suisse en euros via des transactions immobilières, laissant une commission importante pour l’investisseur potentiel. Lors de la conclusion de l’affaire, les auteurs présentent quelques véritables billets de mille francs suisses et laissent apercevoir quelques liasses. Après l’échange et alors que les auteurs sont partis, les victimes se rendent compte que seuls le premier et le dernier billet de la liasse sont véritables, le reste n’étant que des copies de billets de banque.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article